lundi 30 octobre 2017

(Lecture) La reine des lectrices - Alan Bennett


Que se passerait-il outre-Manche si Sa Majesté la Reine se découvrait une passion potin la lecture? Si, d'un coup, rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne. à négliger ses engagements royaux? C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les soeurs Brontë, Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'oeil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde so British de Buckingham Palace s'inquiète. Du valet de chambre au prince Philip, tous grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor. Un succès mondial a récompensé cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

D'habitude, j'hésite à lire un livre qui a été l'objet d'un engouement terrible sur la blogosphère et dans les médias. Pourquoi ? Par peur d'être déçu, bien souvent. Pourtant, après avoir lu plusieurs avis sur le petit roman d'Alan Bennett, je n'ai pas hésité une seconde : il fallait que je lise cet ouvrage.

La reine d'Angleterre devient une lectrice assidue à cause (ou plutôt, grâce) à ses chiens. En effet, lors d'une promenade, ceux-ci l'amènent directement devant le bibliobus, qui vient se planter devant le palais royal, tous les mercredis. Là, elle emprunte un livre, plus pour plaire au chauffeur-bibliothécaire, que par envie. Elle y fait aussi la connaissance de Norman Seakins, qui travaille dans les cuisines royales. Dès lors, la reine sera prise d'une passion dévorante pour la lecture, faisant même de Norman son page. Même si la reine ne délaisse pas ses obligations royales, il n'empêche qu'elle est de plus en plus absorbée par ses lectures, ce qui est vu d'un très mauvais œil par ses conseillers, premier ministre, gardes ou domestiques... Seul sa famille ne semble pas dérangé par la nouvelle passion, dévorante de la reine.

Ainsi la reine d'Angleterre commence à se comporter comme toutes lectrices boulimiques que nous sommes :
"[...] elle les inscrivit (les livres) sur la liste de lecture qu'elle venait d'inaugurer et qu'elle conservait dans un tiroir de son bureau." page 25.

Elle nous ressemble vraiment beaucoup, ce qui en fait un personnage attachant. Elle devient une lectrice boulimique.
"Il n'y avait aucun système dans sa manière de lire, un ouvrage en amenait un autre et elle en lisait souvent deux ou trois en même temps. Elle avait franchi l'étape suivante en se mettant à prendre des notes : depuis, elle lisait toujours un crayon à la main, moins pour résumer l'ouvrage que pour recopier certains passages qui l'avaient particulièrement frappée. Ce fut seulement au bout d'un an de cette pratique qu'elle se risqua, non sans hésitation, à noter de temps à autre une réflexion de son cru." page 52.
J'ai beaucoup aimé ce petit roman (trop petit peut-être) qui nous entraîne auprès d'un personnage qui est, de prime abord, inaccessible mais qui, par ce texte, devient proche, très proche et surtout très attachant. J'ai vraiment adoré le visage de la reine d'Angleterre tel que nous le présente l'auteur. Et c'est sûrement du fait, que comme moi, elle aime les livres. J'ai découvert un personnage vraiment réel, drôle, tendre et inoubliable. Alan Bennett m'a fait rire lors de cette lecture. On sourit au comportement de la reine et je me suis même dit parfois, c'est fou, mais la reine c'est moi ! Nous réagissions de la même manière par moment...

Ce petit roman a aussi soulevé une question chez moi : est-ce que tout lecteur est condamné à devenir un auteur ? En effet, en fin de roman, la reine ne veut plus simplement être lectrice et elle l'expose de cette manière :
"Comme certains parmi vous le savent, je suis devenue une lectrice assidue, ces dernières années. Les livres sont venus enrichir ma vie d'une manière tout à fait inattendue. Mais cette posture possède elle aussi ses limites et j'estime qu'il est temps de ne plus me cantonner à ce rôle de lectrice : il faut à présent que j'écrive, ou que j'essaie d'écrire à mon tour." page 114
En ayant réfléchi, je me dis que non, tout lecteur ne devient pas forcément auteur et, même si parfois, j'avoue gratter le papier, c'est pour mon plaisir personnel ; je n'ai aucune prétention à devenir écrivain. 

Même si ce livre est tout petit, il en reste vraiment agréable, interessant et même passionnant. Le style de l'auteur est léger, fluide et du coup, ce roman est une invitation à la délectation, au plaisir et au bonheur d'être lecteur... A lire ! 

Extrait
" Toutefois, comme certains d'entre vous le savent, j'ai toujours eu horreur du gaspillage. Une image qui n'est pas dénuée de tout fondement me représente en train de traverser les pièces de Buckingham Palace pour éteindre les lumières - ce qui suggère bien sûr une tendance à l'avarice, même si de nos jours cela s'inscrirait plutôt dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Mais cette horreur du gaspillage me rappelle l'ensemble des expériences que j'ai vécues, dont beaucoup sont uniques à mes yeux, au fil d'une existence qui m'a souvent permis de côtoyer les grands évènements du monde, ne serait-ce qu'au titre de spectatrice." page 113 

"Il a fallu tendre une main gantée de blanc pour en serrer d'autres qui étaient couvertes de sang et soutenir d'aimables conversations avec des individus qui avaient participé à des massacres d'enfants. il a fallu patauger dans les tripes et les excréments. Je me suis souvent dit que pour une reine, le seul équipement vraiment indispensable serait une paire de cuissardes." page 119 

4 commentaires:

  1. Une lecture sympathique, en effet, j'en garde un bon souvenir, malgré la même réticence que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela reste un bon petit livre tout de même.

      Supprimer
  2. Apparemment un bel hommage (so british) à la littérature, aux livres et aux lecteurs. La reine des lectrices est resté jusqu'ici loin de ma PAL parce que je lis peu de contemporaine mais...Pourquoi pas ? ;) Un jour, peut-être.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un petit livre simple, sans prétention mais vraiment intéressant et pleins de beaux passages.

    RépondreSupprimer

Merci de votre visite, à bientôt !