vendredi 10 novembre 2017

(Lecture) La grand-mère de Jade - Frédérique Deghelt



J'ai beaucoup lu, depuis très longtemps. Je suis une lectrice assidue, une amoureuse des livres. On pourrait le dire ainsi. Les livres furent mes amants et avec eux j'ai trompé ton grand-père, qui n'en n'a jamais rien su pendant toute notre vie commune. Jade eut l'impression que Mamoune lui assénait cette révélation comme si elle avait fait le trottoir, transformant la lecture en une activité inavouable.

Une lecture riche en émotions, voilà ce que m'a offert Frédérique Deghelt. Je n'imaginais pas, à l'ouverture de ce roman, que le récit et l'écriture de l'auteur m'emporteraient si loin à l'intérieur de moi, là-même où j'avais décidé de ne plus aller ; d'oublier cette partie de mon être. 

Nous faisons la connaissance de Jade, une jeune femme trentenaire et journaliste, au moment où elle veut "enlever" sa grand-mère Jeanne. Enlever ? C'est un bien grand mot. Il s'agit juste d'aller chercher Mamoune pour l'emmener vivre avec elle, et ainsi lui éviter la maison de repos (l'hospice, oui !). Car Mamoune a eu un malaise et a été retrouvé le lendemain, par terre, devant le frigidaire. 
Dès lors, nous les suivons toutes deux dans cette cohabitation étrange mais sympathique. Elles apprendront à mieux se connaitre, et Jeanne révèlera son secret le plus grand à sa petite fille. Mais cette cohabitation sera aussi prétexte pour s'interroger, se remettre en question et se venir en aide. Dans ce roman, on y parle aussi beaucoup des livres, des mots, de l'écriture. La condition de la femme dans le début du XXe siècle, en campagne est aussi abordé. 

Frédérique Deghelt nous livre un roman savoureux, riche et puissant. Elle nous confronte à la vieillesse, à la vie et ses soubresauts. J'ai pleuré grâce à ce roman et à la relation fusionnelle qui lie Jade et Jeanne. J'avoue même avoir envier leur complicité, leur tendresse, moi qui n'ai jamais connu tout cela avec mes grand-mères. L'écriture de l'auteur est simple, fluide et intense. J'ai beaucoup aimé le personnage de Mamoune, qui est la grand-mère idéale, pour moi. Jade est une jeune femme que j'apprécie beaucoup. Comme toutes les femmes, elles ont leurs doutes, qu'ils soient personnels, professionnels... Jade a une personnalité que j'admire. Ce roman est un magnifique moment de vie, avec ses joies, ses peines, ses douleurs et ses bonheurs. J'ai découvert un auteur raffiné, à la plume talentueuse. Un écrivain proche de ses lecteurs, c'est du moins ce que j'ai ressentie lors de cette lecture. Un livre à lire, assurément. 

Extraits
"La vieillesse n'intéresse personne. Plus il y a de vieux, plus ils sont jeunes. Je me souviens d'un temps où je pouvais dire les vieux sans avoir la sensation d'avoir commis une bourde... Maintenant, on ne dit plus vieux, on dit troisième âge comme une quatrième dimension. On dit les octogénaires ou les octos, dernière coquetterie d'une race nouvelle que je trouve lâchement complice de ces fioritures verbales. Réussir sa vieillesse, c'est trouver une seconde jeunesse. Quel désarment paradoxe ! Rajeunir ou disparaître voilà le choix." page 35 
"Quand je lis, je n'ai plus d'âge, je suis à temps dans la vie des personnages, j'épouse, me sépare, je trahis aussi, ou je me trompe. Jeune, quand il m'arrivait de lire une épopée, je vieillissais avec les héros en traversant avec eux les turpitudes de la vie. Aujourd'hui, je remonte le temps avec eux, je rajeunis, mais, nourrie de mon expérience, je perçois les écueils, je sais les pièges dans lesquels ils se précipitent. Je me suis déjà sentie moins vivante que ces personnages dont je suivais la vie avec tant de passion." page 150

4 commentaires:

  1. Une lecture dont je garde un bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que certains passages et certaines émotions ressentis lors de cette lecture, m'habiteront longtemps.

      Supprimer
  2. Je me souviens de sa lecture, et de sa fin, à pleurer comme une madeleine dans mon bain ..

    RépondreSupprimer

Merci de votre visite, à bientôt !