mardi 7 novembre 2017

(Lecture) L'aliéniste - Caleb Carr



New York 1896... Un meurtrier auprès duquel jack l'Éventreur fait piètre figure sème aux quatre coins du Lower East Side les cadavres d'adolescents atrocement mutilés sans provoquer la moindre réaction des pouvoirs publics... Révolté par tant d'indifférence, Theodore Roosevelt, alors préfet, fait appel à ses amis John Schuyler Moore, chroniqueur criminel, et Laszlo Kreizler, aliéniste spécialiste des maladies mentales -, pour élucider cette énigme terrifiante. Leurs procédés sont révolutionnaires ! En étudiant les crimes, ils pensent pouvoir brosser le portrait psychologique de l'assassin, l'identifier et l'arrêter. Ils ont peu de temps : le meurtrier continue à frapper. Les obstacles se multiplient mais rien ne pourra les arrêter...


Fascinée et envoûtée par les séries américaines pourchassant des serial killers (Esprits Criminels et autres séries du même genre, que j'adore !), il était évident pour moi, de lire un roman, un thriller de ce genre. Et quelle bonne surprise : j'ai adoré ! 

Caleb Carr est un auteur de talent, qui écrit d'une manière fluide, mais riche de détails. Sa construction du récit est telle, qu'il m'a été quasiment impossible de lâcher ce roman. D'ailleurs, j'ai lu plus de 550 pages en une peu plus de 2 jours (un exploit !). 

L'auteur nous entraîne en 1896, à New York sur les trace d'un serial killer qui tue ses victimes et qui leur arrache les yeux. C'est l'aliéniste Lazlo Kreizler, un éminent psychiatre qui se lancera sur cette piste, suite à l'assassinat d'un adolescent qui se prostituait. Il sera épaulé dans cette enquête par le préfet de New York, un certain Théodore Roosevelt mais aussi par John Moore, un chroniqueur criminel. Ils essayeront d'en apprendre davantage sur le tueur, ils feront son "profil" afin d'essayer de le mettre hors d'état de nuire. 

L'aliéniste fait partie des thrillers passionnant, bien écrit et qui ne sont pas là pour assouvir notre soif de gore, de sanglant et de souffrance. Ici, nous ne sommes pas considéré comme des voyeurs, se régalant de la douleur d'autrui. Non ! Nous sommes considérés comme des personnages à part entière du roman (nous menons l'enquête au côté des trois personnages principaux). Et quels personnages !
Les trois personnages de Caleb Carr (Krezler, Moore et Roosevelt) et, en particulier Kreizler ont un charisme fou. J'ai carrément été ensorcelée par ce personnage de génie. 
Autre personnage des plus important, New York. Car oui, dans ce roman New York et ce que cette ville est, est un personnage fascinant également. On sent vraiment, à la lecture, que Caleb Carr s'est beaucoup documenté pour coller au mieux à la ville de l'époque, à l'Amérique de l'époque. Et du coup, cela en devient d'autant plus fascinant... 

En me relisant, je me rends compte que j'emploi beaucoup le terme "fascinant". Et je dois dire que c'est normal, ce texte, ce roman m'a littéralement envoûté. 
J'ai succombé à l'ambiance, aux personnages, à la plume de Caleb Carr. Je suis sortie de cette lecture à bout de souffle, car il est impossible de s'ennuyer. 
Nous remontons, en compagnie de notre équipe de choc, dans le temps, essayant de comprendre ce tueur. Ce ne sera pas de tout repos, d'où le fait qu'il est impossible de se lasser. Non, chaque page m'apportait beaucoup pour la suite et, il m'était réellement impossible de relâcher ce livre, de le refermer sans avoir déjà l'envie de le rouvrir et de connaître la suite.


2 commentaires:

  1. Une lecture dont je garde un bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un très bon roman. Et il semble qu'un adaptation en série soit prévu pour 2018, à surveiller donc !

      Supprimer

Merci de votre visite, à bientôt !