mercredi 29 novembre 2017

(Lecture) Les âmes grises - Philippe Claudel



"Elle ressemblait ainsi à une très jeune princesse de conte, aux lèvres bleuies et aux paupières blanches. Ses cheveux se mêlaient aux herbes roussies par les matins de gel et ses petites mains s'étaient fermées sur du vide. Il faisait si froid ce jour-là que les moustaches de tous se couvraient de neige à mesure qu'ils soufflaient l'air comme des taureaux. On battait la semelle pour faire revenir le sang dans les pieds. Dans le ciel, des oies balourdes traçaient des cercles. Elles semblaient avoir perdu leur route. Le soleil se tassait dans son manteau de brouillard qui peinait à s'effilocher. On n'entendait rien. Même les canons semblaient avoir gelé. - C'est peut-être enfin la paix... hasarda Grosspeil. - La paix mon os ! lui lança son collègue qui rabattit la laine trempée sur le corps de la fillette..."

Ma lecture s'est achevé il y a quelques jours, mais l'ambiance du roman m'entoure encore de ses bras froid, humide et triste. 

C'est le second roman de Philippe Claudel que je lis, et son écriture à toujours le même charme à mes yeux. 
J'aime ses mots, sa façon de décrire les choses par de belles petites phrases, j'aime la manière dont il tisse la toile de son roman. 

Le livre commence avec la découverte du corps de "Belle de jour" la petite fille de maître Bourrache, le restaurateur. Tout de suite, bon nombre de personnes soupçonnent le Procureur Destinat de cet horrible crime. Alors tous, se mettront à regarder son prochain, faisant ressortir des haines, des rancœurs... 
La première guerre mondiale fait rage, là, juste derrière la colline. Elle semble épargner ce village, en apparence seulement. Car les soldats sont là dans les rues, les blessés, les morts, tous cela n'est pas fictif. 

Les âmes grise est un roman sombre, froid et d'une grande tristesse. J'ai été bouleversé par le destin des différents personnages, j'ai haïe le personnage du juge Mierck, j'ai eu du mal avec le personnage du Procureur Destinat, dont la tristesse semble tellement immense, qu'il en deviendrait presque antipathique... 
J'ai été tout de suite happer dans l'histoire de ce village, mais je regrette que l'auteur m'ait ainsi abandonné à la fin de son récit. J'aurai aimé que cela dure plus longtemps. J'aurai aimé lire encore et encore. 
ll n'empêche que Philippe Claudel m'a une fois de plus convaincu. Bien que les deux ouvrages que j'ai lu soient très sombre, je pense bien continuer de lire un auteur de talent, avec une plume magnifique.

1 commentaire:

Merci de votre visite, à bientôt !