mercredi 7 février 2018

(Lecture) Moi, Milanollo, fils de Stradivarius - Jean Diwo



"Je m'appelle Milanollo, né en 1728 et fils d'Antonio Stradivari. J'en ai connu des aventures, en presque trois siècles : d'abord baptisé Coucher de soleil par Jean-Sébastien Bach, puis offert au Régent, j'ai fait vibrer la cour de France. Mais j'ai aussi vécu des moments douloureux: on a tué pour me dérober. Puis j'ai voyagé avec Viotti vers l'Angleterre, où j'ai croisé Dragonetti, Paganini et Maria Milanollo. J'ai ensuite continué à traverser l'Histoire dans les mains de nombreux virtuoses. Et aujourd'hui? Je vous laisse savourer mes derniers chants, dans la magie du coup de théâtre que referme ce livre."

Je suis encore sous le charme de l'œuvre magistrale de Jean Diwo, auteur dont la plume me ravie à chaque lecture. 

Cette fois, l'auteur se glisse dans la peau d'un magnifique violon créé par Antonio Stradivari, dans une "bottega" de Crémone. Dès lors, nous suivront Coucher de soleil (c'est son nom) de la cour de Köthen où il sera joué par le grand Jean-Sébastien Bach, à la cour de France, en Angleterre et en fait, de part le monde. Convoité par les plus grand artistes du monde, le Stradivarius nous compte avec élégance sa vie passionnante et tourmentée. 

Jean Diwo est un virtuose de l'écriture et sa plume m'a ravie à chaque page. De magnifiques mélodies sonnaient à mon oreille ) chaque pas dans cet univers magique. J'ai appris à mieux connaître les instruments de musique, à me laisser bercer par leur voix mélodique et fantastique. La musique à pénétré chaque parcelles de mon être pour me faire vibrer au rythme de l'incroyable histoire de l'auteur. Quel génie, se mettre ainsi, si brillamment, dans la peau d'un des plus grand violon ! Non seulement l'œuvre de Jean Diwo est une ode à la musique, mais c'est aussi un grand roman historique passionnant. 

Le style de Jean Diwo est magnifique, chaque ligne est un concerto, tant pour les yeux que pour l'ouïe. Ce roman m'a transporté pour me baigner dans un univers de poésie, d'enchantement et de plaisirs.


1 commentaire:

  1. J'ai lu deux romans de Jean Diwo, l'un traitant d'une famille d'artisans en pleine époque des cathédrales (un peu dans la même veine que Les Piliers de la Terre même si les deux romans n'ont pas grand chose en commun quand même ^^ ) et le fameux Demoiselles des Lumières, qui m'avait plu, sans plus pour autant.... J'avais été gênée par des approximations historiques qui auraient pu sans aucun doute être évitées.
    Oh, et je crois bien que la saga La Fontainière du Roy est de lui, aussi... de même, j'avais aimé tout en déplorant certaines choses.

    Je ne sais donc pas si je lirais celui-ci, même si ta chronique très enthousiaste donne envie, évidemment. :) La musique dans l'Histoire n'est pas le sujet qui me passionne le plus donc ce n'est, de fait, pas celui que je connais le mieux, mais pourquoi pas ? Rien ne vaut l'avis personnel et les découvertes qui nous font sortir un peu de notre zone de confort... ^^

    RépondreSupprimer

Merci de votre visite, à bientôt !